Posts Tagged ‘voyage Ha Giang’

Riz vert gluant Bac Me Ha Giang

Que manger à Ha Giang ?

Written by Guide francophone Sapa Agence voyage randonnee Sapa Bac Ha on . Posted in Cuisine, fleurs et fruits, E.Voyage au Vietnam, Ha Giang, Informations pratiques

Grâce aux champs de fleurs triangulaires sans fin et aux chaînes de montagnes majestueuses, la province de Ha Giang a conquis d’innombrables cœurs de visiteurs vietnamiens et étrangers. Elle attire également des gens à travers ses spécialités qui composent l’identité culturelle. Une fois que vous y arrivez, n’oubliez pas d’acheter quelqu’une comme les cadeaux pour vos amis après vos vacances locaux au Vietnam.

La viande de buffle séchée – Que manger à Ha Giang

Viande de buffle séchée Ha Giang - Que manger à Ha Giang

Que manger à Ha Giang?

C’est un plat traditionnel chez des Thaï, fait à base de muscles des buffles ou de vaches domestiques; errant librement dans les régions montagneuses. La viande crue est marinée avec du gingembre, du sel, du piment et du poivre cueilli dans les forêts des hautes montagnes. Après avoir été marinée, la viande est fumée et suspendue dans la cuisine pendant deux mois. Elle est ensuite fumée, séchée et imbibée des épices pour créer un goût unique de ce terroir.

Miel de menthe

miel de menthe Ha Giang

>>> Voir aussi les circuits voyage sur mesure au Vietnam de l’agence de voyage au vietnam

Le miel de menthe bénéficie d’une saveur mentholée. Le miel comporte toujours des bénéfices pour le corps humain. Il est donc principalement consommé pour ses actions anti-oxydantes et antalgiques.

Riz vert gluant Bac Me

Riz vert gluant Bac Me Ha Giang

Le tourisme montagneux du Nord ne manquera pas de manger d’un type de riz recouvert par des tubes de bambou blanc, souple; ayant le parfum aromatique de feuilles de bananier et d’écorce de bambou. Riz vert Bac Me est une spécialité du plateau de Ha Giang. Le riz transformé est une sorte de riz gluant cultivé dans les champs. Lorsque vous mangez, vous pouvez ajouter du sel de sésame ou d’autres plats salés.

Thé de Shan Tuyet – Que manger à Ha Giang

Thé de Shan Tuyet - Que manger à Ha Giang

Considéré comme le meilleur du thé de Ha Giang, Shan Tuyet est un cadeau superbe pour ceux qui ont l’habitude de boire du thé.

Gâteau de fleur triangulaire

Gâteau de fleur triangulaire Ha Giang

Ha Giang est célèbre pour ses champs triangulaires illimités, romantiques et poétiques. Les habitants de Ha Giang possèdent également un gâteau triangle unique. Donc, ce gâteau est fabriqué à partir des graines de la fleur. Après avoir été récolté et séché, il sera moulu en farine. Le gâteau est doux, poreuse et a un goût typique des fleurs triangulaires.

Nous espérons que cet article est utile pour votre préparation à Ha Giang Vietnam. Veuillez contacter notre agence de voyage local au Vietnam pour avoir plus de conseils sur que manger à Ha Giang lors du voyage au Vietnam sur mesure. Notre équipe est toujours disponible pour élaborer votre voyage selon vos envies personnelles et votre budget pour maximiser vos découvertes et bien rendre votre séjour plus agréable.

Trouver cet article à travers les mots-clés: voyage Ha Giang, visite Ha Giang, que manger à Ha Giang, plat traditionnel Ha Giang, viande de buffle séchée, miel de menthe, Riz vert gluant Bac Me, Thé de Shan Tuyet, Gâteau de fleur triangulaire

Ethnie Lo Lo

Ethnie minoritaire Vietnam, Lo Lo à Ha Giang

Written by Guide francophone Sapa Agence voyage randonnee Sapa Bac Ha on . Posted in Costumes, Ha Giang, Informations pratiques, Mœurs et Coutumes, Population

L’ethnie Lo Lo (Mun Di, Lo Lo Fleur, Lo Lo Noir) vivent à Lung Cu Ha Giang. Lo Lo s'est abrité dans la terre vierge la plus au Nord du pays. La culture traditionnelle de Lo Lo riche et unique est démontrée par des danses et chants folkloriques; des mœurs et coutumes et des légendes historiques. 

>>> Lire aussi: Ethnie minoritaire Vietnam, Hmong à Ha Giang

Mode de vie d’ethnie Lo Lo

Ethnie Lo Lo
Ethnie Lo Lo Ha Giang

>>> Voir aussi les circuits voyage sur mesure au Vietnam de l’agence de voyage au vietnam

L’ethnie minoritaire Lo Lo habite dans le village situé sur les pentes de la montagne et  à proximité de sources d’eau. Il se regroupe ensemble dans chaque village disposant de 20 à 25 maisons sur pilotis. Les gens de la même lignée vivent souvent dans le même village. Le chef de la lignée s’appelle le Thau Chu. Le chef de la lignée s’appelle le Thau Chu. Il est responsable des cérémonies rituelles et de la préservation des coutumes de cette lignée. Les Lo Lo pratiquent la monogamie et la femme ira habiter chez la famille de l’époux après le mariage.

Mœurs et coutumes

Ethnie Lo Lo à Ha Giang
Ethnie Lo Lo à Ha Giang

Le peuple Lo Lo fait partie des rares groupes ethniques du Vietnam à utiliser encore le tambour de bronze, instrument de musique traditionnel étroitement associé à une légende sur le déluge. Il utilise ces tambours en bronze pour des occasions spéciales. Seuls les hommes et les femmes célibataires peuvent jouer du tambour. Les tambours en bronze sont non seulement un atout précieux, mais aussi un instrument sacré. Pour les Lo Lo, ce n’est qu’au son des tambours que l’âme des morts peut trouver le moyen de retourner au lieu de naissance.

Leur langue écrite utilisait des scripts pictographiques. Le calendrier du Lo Lo divise l’année en onze mois, chacun correspondant au nom d’un animal. La culture folklorique du Lo Lo est riche et variée. Elle s’exprime dans les danses, les chansons et les vieux contes. 

Costumes d’ethnie Lo Lo

Les femmes Lo Lo Fleur portent souvent un gilet décolleté et un pantalon sous une jupe courte; tandis que les femmes Lo Lo Noir portent une tunique noire et une jupe noire, longue et ample. Les hommes du Lo Lo Noir portent un pantalon de style pyjama et un gilet à col carré placé sur la tête. La décoration de leurs turbans, chemises, jupes et pantalons est très colorée.

Trouver cet article par les mots-clés: guide francophone Ha Giang, Agence de voyage à Sapa, la province de Ha Giang, Montagnes et ethnies Vietnam, ethnies minoritaires au Nord Vietnam, voyage Vietnam

Col de Ma Li Peng

Ma Li Peng, destination emblématique de l’aventure au Vietnam

Written by Guide francophone Sapa Agence voyage randonnee Sapa Bac Ha on . Posted in Ha Giang, Nouvelle Voyage Sapa Bac Ha

Pour ceux qui souhaitent à la recherche des aventures dans la nature montagneuse, le col Ma Li Peng reste toujours la tête de liste. La conquête du col Ma Li Peng Ha Giang offrira l'expérience la plus remarquable rendant ainsi votre aventure plus excitante que jamais.

Brève information du col Ma Li Peng 

Col de Ma Li Peng
Col de Ma Li Peng

Avec une longueur de plus de 20 kilomètres et une hauteur de 2 000 mètres; située dans la Route de Bonheur; la route fut finalement complétée grâce au sacrifice de nombreuses personnes; le col légendaire Ma Pi Leng, dans la province de Ha Giang; est actuellement l’un des plus imposants sentiers reliant les districts de Dong Van et de Meo Vac. Construit à partir des années 60 du 20ème siècle par les ouvriers de H’mong; le col de Ma Pi Leng en langue h’mong signifie “pont du nez des chevaux”; car c’est une voie dangereuse que les chevaux ont peur de franchir. 

Ma Pi Leng est l’un des quatres cols mythiques du nord-est du Vietnam (y compris O Quy Ho, Khau Pha et Kha Din et Ma Pi Leng). Aussi connu sous le nom de Grande Muraille du Vietnam ou de la pyramide du Mèo;; Ma Pi Leng est sans aucun doute considéré comme la route la plus dangereuse de la région montagneuse du nord. Ma Pi Leng est spécial dans tous les angles, en particulier ses sédiments anciens existant depuis des centaines d’années.

Le 16 novembre 2009, le col Ma Pi Leng a été classé dans la liste des monuments nationaux les plus connus. Cette route sinueuse serpente entre falaises accidentées et rivière Nho Que. Il est vraiment une beauté splendide représentant les images, les sons et les goûts de toute la région.

Attractions du col Ma Li Peng

Col Ma Li Peng
Col Ma Li Peng

>>> N’hésitez pas à profiter au mieux de vos vacances chez nous en partant avec une agence de voyage Vietnam.

Il n’y a rien de tel que regarder de Ma Pi Leng pour admirer la vue spectaculaire sur la rivière en zigzag rivière Nho Que et abîme Tu San; situées au pied du col de Ma Pi Leng. Ma Pi Leng, bien sûr, offre aux voyageurs l’occasion de découvrir la grandeur de la nature. Admirez les hautes montagnes environnantes, les profondeurs du fantastique canyon, les magnifiques falaises verticales et les déserts rocheux. En plus d’être captivé par des paysages magnifiques, vous pouvez obtenir une expérience incroyable pour explorer en profondeur les formes de relief karstiques, karstiques et non karstiques.

N’hésitez pas à vivre une expérience aventureuse en grimpant au sommet de Ma Pi Leng; et en vous immergeant dans un immense espace entouré de chaînes de montagnes sans fin qui s’élargissent accompagnées d’un temps frais; et rafraîchissant pour ressentir la forte vitalité du développement de la région.

En fait, grâce au grand paysage naturel; Ma Pi Leng est devenu une source d’inspiration pour de nombreux artistes générant des œuvres artistiques; et dépeignant ainsi les valeurs culturelles et traditionnelles du peuple vietnamien en général et de la population des régions montagneuses en particulier. C’est également la destination incontournable de tout voyage d’aventure au Vietnam.

Mots-clés sur Google: voyage Ha Giang, guige francophone Sapa Ha Giang, col Ma Pi Leng, paysage naturel, valeurs traditionnelles, falaises verticales

Plateau karstique Dông Van

Le Parc national de Du Già plateau karstique Dông Van

Written by Guide francophone Sapa Agence voyage randonnee Sapa Bac Ha on . Posted in Nouvelle Voyage Sapa Bac Ha

Le Parc national de Du Già plateau karstique Dông Van: Le Comité populaire de la province de Hà Giang (Nord) a organisé le 28 août une cérémonie pour rendre publique la décision du Premier ministre Nguyên Tân Dung sur la création du Parc national de Du Già, plateau karstique de Dông Van, dans cette province.

Fondé par fusion de la réserve naturelle Du Già et de celle réservée aux singes à nez camus du Tonkin (Rhinopithecus avunculus) de la forêt de Khâu Ca, ce parc national s’étend sur plus de 15.000 hectares dans les trois districts de Vi Xuyên, Bac Mê et Yên Minh.

Cette création a pour but de préserver les écosystèmes forestiers tropicaux, les roches calcaires, les plantes et les animaux sauvages rares, de servir les études et de maintenir la protection des forêts en amont de la rivière Gâm et du système de rivières dans la zone du lac-réservoir du centrale hydroélectrique de Tuyên Quang.

Ce site contribue également au développement du tourisme, permettant de réduire la pauvreté et d’améliorer la vie des ethnies minoritaires vivant dans cette region.

Plateau karstique de Dông Van: les hommes plus forts que la nature, Sur le plateau karstique de Dông Van, classé Géoparc mondial, la vie est très difficile. Mais des hommes s’y sont installés et ont su planifier une vie, frugale certes, mais durable.

Située dans le coin le plus reculé du district de Dông Van, province de Hà Giang (Nord), la commune de Sinh Lung ne compte que 600 habitants, d’ethnie Co Lao. Une localité pauvre où les conditions pédoclimatiques ne sont guère propices à l’abondance, doux euphémisme.

Une piste sinueuse et escarpée mène à Sinh Lung. D’un côté une paroi rocheuse, de l’autre un précipice. «Ce n’était auparavant qu’un sentier. En 2007, l’État a accordé des fonds, et la population locale des journées de travail pour l’élargir et permettre le passage des véhicules». Et de préciser: «Cette piste de 10 km a coûté autant que 100 km en plaine».

Plateau karstique Dông VanPlateau karstique Dông Van

Le siège du Comité populaire de Sinh Lung, une construction à étages, est adossé à une falaise. «Il y a quelques années, Sinh Lung était une commune extrêmement pauvre. Les 137 familles autochtones étaient classées au bas de l’échelle sociale. Mais la vie s’améliore, grâce au Projet de développement socio-économique des quatre ethnies minoritaires les plus défavorisées à Dông Van: Mang, Công, La Hu et Co Lao. En 2014, 55 familles Co Lao sont sorties de la pauvreté», informe Thu Nhâm, vice-présidente du Comité populaire de Sinh Lung. Les Co Lao vivent pour l’essentiel de la culture du maïs, qui ne donne qu’une récolte par an. Cette région aride a peu de terres cultivables. La roche affleure partout, le sol est mince. Les paysans peinent à cultiver du maïs entre les rochers. Et pour compléter le tableau, l’eau est rare, celle-ci s’infiltrant dans le sol karstique en un rien de temps.

La vannerie, d’une pierre deux coups: Le projet susmentionné a donné à Sinh Lung un seconde souffle. Les paysans bénéficient d’aides matérielles pour développer la production, l’élevage et, surtout, la vannerie. Ce métier artisanal, auquel participe toute la famille, des enfants aux personnes âgées, s’avère le plus rentable. Confirmation par Phong Sai, du village de Ma Chê, où plus de 40 familles la pratiquent. «Les matières premières sont abondantes dans les forêts alentours. Avec le bambou et le roseau je tresse des paniers. Chaque semaine, je peux en fabriquer une dizaine qui sont ensuite mis en vente au marché de Dông Van. Avec 40.000 à 120.000 dôngs/pièce, ma famille peut gagner environ un million de dôngs par semaine». D’une pierre deux coups : la vannerie permet d’améliorer la vie des autochtones, et de faire revivre un métier traditionnel de moins en moins pratiqué chez les Co Lao. À présent, les vanneries de Sinh Lung sont omniprésentes dans les localités environnantes.

Située non loin de Sinh Lung, la commune de Sung La est peuplée de H’Mông. «Qui dit Sung La, dit soc de charrue. Un soc original, avec lequel on peut tout labourer, même les champs rocailleux». À la différence du soc ordinaire de la plaine composé d’une lame métallique triangulaire, le soc de Sinh Lung est pointu et légèrement recourbé en haut. Ainsi équipée, la charrue peut travailler n’importe quel terrain. «Ce soc est un outil de taille dans le mouvement de lutte contre la pauvreté des H’Mông à Dông Van».

Plateau Dông VanPlateau Dông Van

 Le soc des H’Mông:La famille Mua forge depuis des générations des socs de charrue. Au printemps, les ateliers de Sung La fonctionnent jour et nuit. «La tradition H’Mông veut que la confection des socs se pratique au printemps, saison de l’exubérance de la nature», éclaire Mua A Thao. Et d’être fier que son métier soit lié étroitement au feu: «Le feu fait l’objet d’une vénération particulière chez les H’Mông. Car, c’est le Génie du feu qui nous apporte de bonnes récoltes».

Pour fabriquer un bon soc, le forgeron doit, en premier lieu, être un agriculteur. «Car les terrains sont très différents d’un endroit à l’autre, avec plus ou moins de roches, situées en profondeur ou en surface. Le forgeron doit être capable, en se rendant sur place, de concevoir un soc approprié».

«La créativité des habitants est admirable. C’est grâce à ces socs que les semences peuvent germer entre les pierres».